Nouvelle 15 février 2022

La période des REER : Vous aider à aider vos clients

Article en français uniquement / Release in French only

L’objectif du planificateur financier Bertrand Larocque et de son acolyte Marc St-Pierre, gestionnaire de portefeuille, a toujours été d’aider et de soutenir leurs clients à atteindre l’autonomie financière. Comment faire alors pour que le public québécois soit encore plus nombreux à comprendre l’importance des conseils professionnels dans l’atteinte des buts financiers fixés? Leur solution : unir leur expertise pour rédiger Du porte-monnaie au portefeuille, un ouvrage grand public réunissant 45 conseils pour arriver à l’autonomie financière avec son conseiller. Retour sur ce travail de longue haleine et les raisons qui ont motivé ce projet.

Emmanuelle Gril

L’idée a germé en 2018 lorsque Bertrand Larocque, Pl. Fin. et Marc St-Pierre, CFA, tous deux économistes de formation, ont décidé de mettre ensemble leurs idées sur papier pour aider les gens avec la gestion de leurs finances personnelles. « Nos idées se rejoignaient et nos parcours sont complémentaires. Marc a 50 ans de carrière et moi, plus de 36. Il vient du monde institutionnel, il est très branché sur l’économie et les marchés, la gestion de portefeuille. Quant à moi, je connais très bien l’éventail des produits financiers pour les consommateurs, je conseille des clients dans ce domaine depuis de nombreuses années », explique Bertrand Larocque.

Leur souhait : vulgariser les finances afin que le sujet soit accessible au plus grand nombre, mais aussi faciliter la communication entre les clients et leur conseiller. Pour eux, les conseillers sont aux premières lignes pour démocratiser le conseil. Et la manière de communiquer avec les clients peut faire toute la différence dans la compréhension et l’intérêt que les consommateurs auront au sujet de leurs finances personnelles. « Nous voulions parler au public pour leur révéler le visage humain de la finance. Les gens ont besoin de se situer, c’est la raison pour laquelle les premiers chapitres posent des questions essentielles qui leur permettent de mieux se connaître et du même coup donner les bonnes informations à leur conseiller : « Où en suis-je dans ma vie? » et « Qu’est-ce qui fait mon bonheur? ». 

Ensuite on aborde différents sujets : la diversification des placements, le rendement, la différence entre risque et volatilité, le rééquilibrage de portefeuille, etc. », illustre-t-il. Au total, le livre s’articule autour de 45 questions que peuvent se poser Monsieur et Madame tout le monde. 

Ensemble, les deux auteurs ont voulu pousser un cran plus loin leur démarche professionnelle. Ce livre-guide en est l’aboutissement : il rassemble les enseignements vécus dans leur pratique professionnelle respective.
 

Connecté sur le quotidien

Mais pourquoi avoir décidé d’écrire sur ces questions, alors que les ouvrages sur le sujet ne manquent pas? Parce que les auteurs ont voulu adopter une nouvelle approche, plus près de la vie quotidienne. « Nous avions le sentiment comme beaucoup de nos collègues que les finances ne sont pas assez connectées avec les gens. Que les finances sont compartimentées dans l’esprit du public, alors qu’elles font au contraire partie du quotidien. D’ailleurs les sondages sur la littératie financière démontrent qu’il y a un manque récurrent à cet égard. Le consommateur a aussi besoin d’outils et de se faire dire que toute information n’est pas bonne à consommer, encore davantage de nos jours, et qu’il peut surtout se fier aux professionnels qui ont l’expertise et l’expérience », fait valoir Bertrand Larocque.
Il souligne qu’il lui arrive souvent de penser que les choses n’ont guère évolué depuis les années 1980… « La population se fait bombarder d’offres de toutes sortes sans savoir de quoi il s’agit. Lorsque je vois des personnes qui investissent leur CELI dans un compte d’épargne à un taux de 0,1% après avoir lu un article sur Internet et qu’ils ont des objectifs à long terme, je me dis qu’il faut faire quelque chose, c’est urgent! », s’exclame-t-il.

Selon lui, la plupart des gens ne veulent pas devenir des experts en finances ni passer leurs journées à gérer leur portefeuille. « Ils veulent tout simplement comprendre comment leurs épargnes sont gérées et comment leurs efforts leur rapporteront les fruits escomptés. Les conseillers sont là pour les aider à cheminer dans ce sens. Il y a aussi la dynamique économique, les récessions, l’inflation, les game changers qui perturbent l’ordre économique, entraînant des menaces, mais aussi des occasions, comme avec les technologies et l’environnement. Au fond, l’économie ressemble à une course à obstacles, et le but de notre guide est d’aider les lecteurs à franchir les différents défis et la gagner », mentionne l’auteur.

 

:p>

Expliquer et soutenir le travail des conseillers

Il ajoute que depuis plus de 20 ans, par son travail sur le terrain, la Chambre de la sécurité financière a favorisé le rehaussement du niveau des connaissances et le professionnalisme de ses membres. « Notre livre n’a aucune prétention d’enseigner aux professionnels quoi faire, car ils sont déjà très compétents. Il a plutôt pour but de servir de guide et donner des idées pour communiquer des concepts complexes à leurs clients. Parfois, il arrive que, pour soutenir ses propos, l’aide d’une tierce personne soit bénéfique. C’est ce que nous cherchons à faire avec notre ouvrage. Et c’est également parce que nous avons voulu appliquer les règles du langage clair et simplifier les choses pour le public qu’on a volontairement évité d’entrer dans le menu détail. Nous laissons les questions pointues que maîtrisent de toute façon les professionnels », précise Bertrand Larocque.

D’ailleurs, les derniers chapitres vont certainement intéresser les conseillers en services financiers puisqu’on présente leur travail et on incite le public à les consulter pour avoir l’heure juste quant à leur avenir financier. « Nous ne pouvions terminer notre livre sans aborder la question de la valeur du conseil professionnel. Il était important pour nous que le public québécois sache ce que disent plusieurs études rigoureuses à ce sujet », dit Bertrand Larocque en guise de conclusion. Et des conseils, dans cet ouvrage, on en trouve au moins 45!:p>