Partager

CSF
A- A A+

Au tournant de l'an 2000, le gouvernement du Québec a institué la CSF pour assurer la protection des consommateurs de services financiers, accroître la responsabilisation des intervenants qui offrent ces services et améliorer leurs compétences. Elle s’acquitte son mandat sous la supervision de l’Autorité des marchés financiers.

Pratiquement un ordre professionnel

Comme un ordre professionnel, la mission de la CSF est la protection du public. Elle veille à l’intégrité et au professionnalisme de ses membres, qui sont soumis à un code de déontologie strict. Un syndic est chargé de mener les enquêtes et un comité de discipline composé de pairs traite les plaintes afin de protéger les consommateurs.

La proximité d’un OAR

Le statut d’organisme d’autoréglementation (OAR) fait de la CSF un intervenant de proximité. Sa connaissance fine de l’industrie lui permet d’adapter ses pratiques de surveillance dans un environnement en constante évolution. De plus, elle ne coûte rien aux contribuables puisqu’elle opère grâce à la cotisation de ses membres.

La multidisciplinarité : une innovation propre au Québec

La CSF est le seul OAR multidisciplinaire au Canada, c’est-à-dire qu’elle encadre les conseillers qui cumulent différents champs d’expertise. Par exemple, un planificateur financier peut également détenir un permis pour distribuer des produits d’assurance vie ou d’épargne collective.

Un modèle de gouvernance transparent

La CSF est régie par un conseil d’administration composé de huit administrateurs élus parmi les membres et de cinq administrateurs indépendants nommés par le ministre des Finances du Québec, sur recommandation du conseil. Ce modèle procure à la Chambre la compétence et l’expertise pour mener à bien sa mission.

Voir la composition du conseil d'administration